Boutique de
Marsa Editions

ESPACE ALGERIE

27 rue de Rochechouart
75009 Paris. France


Vente directe des ouvrages et revues, expositions, animations.
Ouverte les jeudi, vendredi, samedi de 14h à 19h, ou sur Rendez-vous

 

Responsable de la rédaction
Marie Virolle
Adresse postale

103 boulevard MACDONALD
Paris 75019 - France
Téléphone

+ 33 6 88 95 36 66
Adresse électronique
marsa@free.fr

Avec le soutien de:


 

 

 

Mokhtar Djaafer: Une peinture du terroir

Par Hamid Tibouchi
Algérie Littérature Action N° 12 - 13

A fréquenter la peinture de Djaafer, une certitude prend forme, progressivement, s’enracine en nous aussi sûrement qu’un olivier sur un piton rocheux: nous sommes en présence d’une peinture du terroir.

Non pas que ses oeuvres soient imprégnées d’un quelconque régionnalisme, ni qu’elles perpétuent une tradition picturale locale. En ce sens, il nous semble, au contraire, que Djaafer ne doit rien à personne, sinon aux femmes kabyles des Ouadhias et de Maatka et à leurs peintures murales d’intérieurs, et à ceux plus lointains qui gravèrent les somptueuses fresques du Tassili.

Lire la suite...

 

Rachid Koraïchi: Les jarres, le feu et l'eau ou l'histoire d'un désastre qui ne se termine pas trop mal…

Rachid KoraïchiPropos recueillis par Marie Virolle
Algérie Littérature Action N° 10 - 11

Les jarres de Rachid Koraïchi, dont les photos parsèment ce numéro d'Algérie Littérature / Action, ont une histoire terrible, une histoire de feu et d'eau, que l'artiste nous raconte. En fait, ces photos représentent des jarres virtuelles…

En avril 1995, le Musée de Grenade et la Maison des Cultures de Berlin avaient invité une dizaine d'artistes de divers pays à participer à l'inauguration du premier musée des pièces archéologiques de l'Alhambra à Grenade. De ce séjour, devait naître un projet, lié à la culture andalouse, qui aurait accompagné à Berlin une exposition de pièces de ce musée. Chacun a réfléchi en fonction de sa spécialité. Moi, j'aurais souhaité retrouver la plage sur laquelle avaient débarqué les premiers marins arabes… J'ai demandé quelle était la première pièce trouvée dans les fouilles archéologiques. On m'a répondu que c'était une jarre. J'ai vu cette pièce, elle était superbe!

Lire la suite...

 

Raouf Brahmia: Le grand rideau

Par Claire Tanguy
Algérie Littérature Action N° 57 - 58

Fortement empreint de mythologie personnelle, le travail de Raouf Brahmia se décline à partir d’un élément très symbolique : la fenêtre. La préoccupation de l’artiste pour celle-ci remonte à son enfance : ce sont d’abord les fenêtres de la maison natale ouvrant sur le jardin de campagne; plus tard ce sont celles de l’unique pièce qui compose l’appartement en ville dans lequel vit désormais la famille. Cet intérêt trouve son prolongement par la suite dans l’architecture en verre, celle de Jean Nouvel particulièrement. De la fenêtre, Raouf Brahmia retient tout : le cadre bâti, le verre des carreaux, le voile du rideau, tout autant que l’importante charge allégorique. C’est à partir de ces différents éléments, devenus supports plastiques de l’oeuvre, qu’il va déployer son travail.

Lire la suite...

 

Bénisti: Notices biographiques

Par Hamid Nacer-Khodja
Algérie Littérature Action N° 67 - 68

1903 : De parents établis en Algérie depuis plusieurs générations, Louis Bénisti est né le 15 mai à El- Biar, alors beau quartier périphérique d’Alger. Cette venue au monde est suivie d’une succession de deuils : son frère aîné Georges meurt en 1904 à l’âge de 4 ans, son père avocat de profession.

En 1908, sa grand mère maternelle en 1909 et son grand père en 1910. Il fut élevé par sa mère Blanche qui, en plus de ses propres enfants, dut s’occuper de ses jeunes frères et soeurs et qui fut appelée, par toute la famille et par ses amis, de l’expression familière : “ Tata Blanche ”.

1906 : Naissance d’un frère, Lucien, futur pharmacien (il s’essaiera aussi à la littérature).

Lire la suite...

 

Guermaz, voyage au pays de la lumière

Abdelkader Guermaz

  • Par Michel-Georges Bernard. Algérie Littérature/Action Numéro 49 - 50

Les rares ouvrages, articles ou préfaces d’expositions qui retracent l’histoire de la peinture algérienne associent constamment le nom de Guermaz à ceux des artistes, nés dans les années 30, à qui l’on doit quelque vingt ans plus tard l’émergence d’une expression résolument moderne.

Ainsi font Khadda, lui-même artisan majeur de cette mutation, dans ses Éléments pour un art nouveau (UNAP, 1972), évoquant les trames savantes de Guermaz, et les auteurs de Musées d’Algérie (SNED, 1973), analysant  l’empâtement et les touches en relief qui animent la surface de ses toiles de vibrations particulièrement sensibles. Ainsi feront Tahar Djaout dans deux articles, Où en sont les Arts plastiques ? et Une mémoire mise en signes, publiés dans Algérie-Actualité en janvier et mars 1981, Mustapha Orif dans sa présentation en 1986 de l’exposition Algérie, Peinture des années 80 (Centre National des Arts Plastiques, Paris) et Benamar Mediène, en 1989, dans une plus longue étude pour un dossier consacré à la Créative Algérie par la revue Phréatique.

Lire la suite...

 

Pour commander les ouvrages, il faut passer un mail à marsa@free.fr



ISSN : 1270-9131