Boutique de
Marsa Editions

ESPACE ALGERIE

27 rue de Rochechouart
75009 Paris. France


Vente directe des ouvrages et revues, expositions, animations.
Ouverte les jeudi, vendredi, samedi de 14h à 19h, ou sur Rendez-vous

 

Responsable de la rédaction
Marie Virolle
Adresse postale

103 boulevard MACDONALD
Paris 75019 - France
Téléphone

+ 33 6 88 95 36 66
Adresse électronique
marsa@free.fr

Avec le soutien de:


 

 

 

Baya, l’île aux zoizeaux

Par Hassen Bouabdellah (*)
Algérie Littérature/ Action N° 15

Il était une fois, une petite fille qui aimait se réfugier dans le noir. Elle est née en décembre quand l’hiver frappe à la porte et qu’il fait froid dans les coeurs...

Ce que l’on appelle le Destin a parsemé sa vie de malheurs. Mais l’ange qui veillait sur elle guidait sa main. Il commença par lui apprendre comment enfermer sa souffrance dans le silence : chaque fois que son chagrin la rendait triste, sa main libérait un zoizeau.

Oiseaux sombres, petits moineaux, grives brunes, huppes ou rolliers d’Afrique... Ainsi sa main magique faisait l’oiseau comme sa mère faisait la galette. Et plus grand était son chagrin, plus grand et beau était le Zoizeau.

Lire la suite...

 

Kamel Yahiaoui : L’angoisse faite peinture

Par Mansour Abrous (*)
Algérie Littérature Action N° 6 -

Kamel Yahiaoui confronte dans sa peinture une vieille angoisse et une nouvelle raison de vivre dans une mise en scène sous le signe de la vie et de la douleur. Désir de vie pour une urgence de la mort. Que veut faire le peintre de son angoisse? Et que peut l’angoisse de l’artiste pour l’œuvre? Le peintre compulse le matériau angoisse. Il le nourrit. Il le courtise. Il l’entretient. Il ne cherche pas à le maîtriser car il fonde l’œuvre.

Une image préexiste à cette angoisse, il la réexhume, il lui donne forme instantanément dès que vient à affluer, au travers des cavités poreuses de la mémoire, la douleur. Il l’emplit quand il vide sa douleur de l’intimité, dans l’intimité.

Lire la suite...

 

Rachid Nacib : Passeport, document de l'errance

Rachid NecibPar Nazim Mekbel
Algérie Littérature Action N° 75 - 76

Rachid Nacib, Algérien kabyle d'origine, est membre des peintres du signe, ce fameux signe qui fait partie intégrante du patrimoine artistique et linguistique du pays. Mais pour lui, tout artiste doit savoir évoluer, il refuse donc de se cloisonner dans une quelconque identité restrictive, "sans géographie imprimée dans la tête, juste l'Homme, l'espace, l'art et la liberté d’être soi-même".

A quarante ans passés et un parcours bien plein, il se remet donc en question et met à profit des circonstances particulières pour mêler art et travail. Car Rachid Nacib fait partie de ces nombreux artistes en exil, qui ne peuvent vivre uniquement de leur art, "cette obligation aussi contraignante soit-elle peut s'avérer bénéfique précise l'artiste, il faut savoir s'enrichir du vécu et s'en servir pour développer son art, quelle que soit l’expérience rencontrée ".

Lire la suite...

 

Rétrospective de Bettina: Sous le soleil d'Algérie

Par Bernard Zimmermann
Algérie Littérature Action N° 43

Tous ceux qui connaissent ou ont connu l'Algérie — tous ceux qui l'aiment — sont appelés, ou l'ont été, à se rencontrer, à dialoguer. Et même à dialoguer à distance : dans l'espace, dans le temps. Quitte à soutenir des idées contradictoires. Mais l'on sait que si l'on ne fait pas sa place à la contradiction on se condamne à n'approcher ni la vie ni le divin. J'ai encore eu ces pensées tandis que, revenant d'une Allemagne que je quittais sous la pluie, je me proposais d'écrire quelques mots sur la peinture de Bettina à l'occasion de sa prochaine exposition : «Sous le soleil d'Algérie»

Lire la suite...

 

Silem: La maison du signe

par Michel-Georges Bernard
Algérie Littérature Action N° 17

Sur le sol de plusieurs millénaires d’expressions symboliques résolument non-représentatives, l’histoire de la peinture en Algérie est, pour sa plus large part, celle des continuelles métamorphoses de la lettre et du signe.

D’abord, au milieu des années 50, les mailles de la lettre s’avancent avec Khadda à la rencontre du monde naturel et s’y conjuguent, prennent couleur et matière, d’arbre ou de pierre : de toute part montent des buissons de paroles muettes, aux accents distincts, patiemment à épeler. Simultanément Benanteur, en réduisant à l’inverse « les lignes des ancêtres » au filet le plus mince de nervures, strates et craquelures, fait sourdre les effluves d’un univers tout à la fois minéral et végétal, soudain sur le point, à la lisière de l’aube et du songe, de livrer son secret.

Lire la suite...

 

Pour commander les ouvrages, il faut passer un mail à marsa@free.fr



ISSN : 1270-9131