Boutique de
Marsa Editions

ESPACE ALGERIE

27 rue de Rochechouart
75009 Paris. France


Vente directe des ouvrages et revues, expositions, animations.
Ouverte les jeudi, vendredi, samedi de 14h à 19h, ou sur Rendez-vous

 

Responsable de la rédaction
Marie Virolle
Adresse postale

103 boulevard MACDONALD
Paris 75019 - France
Téléphone

+ 33 6 88 95 36 66
Adresse électronique
marsa@free.fr

Avec le soutien de:


 

 

 

Marcel Bouqueton: Le métier de l'harmonie

Par Djilali Kadid
Algérie Littérature Action N° 53 - 54

Étant la loi fondamentale du monde l’Harmonie n'est pas plus dans l'oeuvre d'art que dans l'oeuvre de science un idéal à inventer, elle est une vérité à découvrir. Chez l'artiste comme chez le savant, chez l'homme, l'Harmonie c'est l'intelligence du monde.
"Élie Faure (Théorie de l'harmonie)

C'est par la couleur que s'imposent en premier lieu les toiles de Marcel Bouqueton. Rutilance, chaleur, luminance, sensibilité vibrante en sont les qualités premières. Couleur et structure en même temps, toutes les composantes de l'image lui sont subordonnées, toutes les lois secrètes: équilibre, force, harmonie, d'où cette dernière tire sa présence et sa légitimité. Structure dont les lignes naissent comme par immanence tant est puissant le mariage des plans entre eux, précédant, excédant la préconception figurative de l'objet.

Lire la suite...

 

Raouf Brahmia: Les mille et une fenêtres de la mémoire

par Hamid Tibouchi
Algérie Littérature Action N° 57 - 58

Raouf Brahmia ne peint pas d’après nature. En vérité, Raouf ne peint pas du tout au sens où on l’entend communément. Il travaille simplement, et de mémoire, à quelque chose qui n’a pas de nom et qui, somme toute, est du domaine de l’art. De l’art pour Vivre. Ce qu’il a à dire est vital et se situe au-delà de la panoplie et des artifices de l’artiste conventionnel. Son matériau, c’est la mémoire du vécu. Il travaille la mémoire comme d’autres travaillent la glaise ou la peinture à l’huile. Il travaille avec la mémoire, sur la mémoire, dans la mémoire, autour de la mémoire, pour la mémoire, tout contre la mémoire. La mémoire, il la recompose, fragment par fragment, tel un manuscrit tombé en ruine.

Lire la suite...

 

Maria Manton : Racines et Correspondances

par Jacques Busse
Algérie Littérature Action N° 41 - 42

Après les hésitations que tout jeune artiste connaît à ses débuts, dès 1947, encore à Alger, Maria Manton, après une brève période influencée par le cubisme, créait ses premières peintures abstraites. Aussitôt à Paris, dans la même année 47, ses peintures étaient exposées à la Galerie Lydia Conti, un des hauts lieux qui se vouèrent alors à la promotion fervente de la deuxième génération de l'abstraction, et dans les années suivantes elle eut sa place
dans les groupes constitués par les galeries qui assumèrent ce rôle historique: Colette Allendy, Arnaud, La Roue. Cette première période de Maria Manton se situe de 1947 à 1953 et est essentiellement constituée de gouaches d'une hautaine rigueur de lignes et sobriété de tons, qui placèrent de plein droit la jeune femme peintre dans l'abstraction française des années cinquante. De ces gouaches, que par commodité on réduit à l'abstraction froide, Del Marle appréciait la “raison, qui n'est abstraction froide que pour les transis de l'art”.

Lire la suite...

 

Louis Nallard: Entre Lumière et Mémoire

par Youri
Algérie Littérature Action N° 41 - 42

Vivre avec une toile de Louis Nallard, c'est toute une aventure.

Il ne suffit pas d'entrer dans cette oeuvre si pudique qu'elle refuse parfois de se découvrir au premier regard. Lorsqu'on s'y trouve, il faut accomplir tout un itinéraire.

Quand il ne peint pas sur papier, mais sur toile, Nallard travaille avec une lenteur qui se compte souvent par années, d'un pas d'homme des prés et des bois attentif tout autant aux frémissements et aux souffles qu'aux grandes lignes qui guident sa démarche.

Loin de s'y opposer ou de la nier, l'artiste compose avec cette durée et l'intègre à ses compositions de telle sorte qu'on ne saurait ensuite les dissocier. Le Verger d'Arcimboldo et Le Jardin de Tivénys sont autant de labyrinthes et le peintre a tant de fois parcouru Le Mont des Oliviers qu'en dépit de sa trompeuse transparence, vous n'en finirez pas de suivre tous les méandres.

Lire la suite...

 

Maria Manton : Racines et Correspondances

Par Jacques Busse
Algérie Littérature Action N° 41 - 42

Après les hésitations que tout jeune artiste connaît à ses débuts, dès 1947, encore à Alger, Maria Manton, après une brève période influencée par le cubisme, créait ses premières peintures abstraites. Aussitôt à Paris, dans la même année 47, ses peintures étaient exposées à la Galerie Lydia Conti, un des hauts lieux qui se vouèrent alors à la promotion fervente de la deuxième génération de l'abstraction, et dans les années suivantes elle eut sa place dans les groupes constitués par les galeries qui assumèrent ce rôle historique : Colette Allendy, Arnaud, La Roue.

Lire la suite...

 

Pour commander les ouvrages, il faut passer un mail à marsa@free.fr



ISSN : 1270-9131