Boutique de
Marsa Editions

ESPACE ALGERIE

27 rue de Rochechouart
75009 Paris. France


Vente directe des ouvrages et revues, expositions, animations.
Ouverte les jeudi, vendredi, samedi de 14h à 19h, ou sur Rendez-vous

 

Responsable de la rédaction
Marie Virolle
Adresse postale

103 boulevard MACDONALD
Paris 75019 - France
Téléphone

+ 33 6 88 95 36 66
Adresse électronique
marsa@free.fr

Avec le soutien de:


 

 

 

Bettina

par Abdelhamid Ayech*
Algérie Littérature Action N° 18 - 19

Certains peintres sont habités par la grâce et c’est à cela qu’on reconnaît les vrais peintres. Ils ont, selon les belles paroles d’Odilon Redon, ce “don de sensualité délicieuse qui peut avec un peu de matière liquide la plus simple, reconstituer ou amplifier la vie, en empreindre une surface d’où émergera une présence humaine, l’irradiation même de l’esprit”.

Telle apparaît Bettina à qui découvre son oeuvre, et son oeuvre nous est occasion toujours renouvelée de découverte. L’esprit y est présent et l’esprit est couleur, il est lumière.

Lire la suite...

 

Baya par André Breton (*)

Algérie Littérature Action N° 15

Une chance exceptionnelle veut qu’en la très gracieuse de Baya se conjuguent sous nos yeux les deux courants qui alimentent la pensée poétique, qu’il nous soit donné pour une fois de leur découvrir une source commune en un être aussi frêle que privilégié.

Un concours ultra-favorable de circonstances permet, en effet, dans cette apparition étincelante sous le ciel anxieux d’un novembre 1947 à Paris — Baya rayonnant au dedans comme au dehors de tous les charmes de son pays — de cerner pour n’en faire qu’un, d’une part, ce que l’imagination berbère d’aujourd’hui a gardé vivace de la tradition de l’ancienne Égypte, d’autre part ce qui, au terme des observations de Jean Piaget, peut être mis au compte des sentiments de participation et des pratiques magiques chez l’enfant. A ceux qui, refusant les oeillères rationalistes, croient envers et contre tout à la délivrance du monde et, pour en faire une réalité, aspirent à retrouver où qu’elle soit la fraîcheur de l’inspiration et la hardiesse de conception qu’elle entraîne, il est donné par l’enfant qu’est Baya de se pencher sur ce double creuset.

Lire la suite...

 

Abdelouahab Mokrani : L’Algérie des masques

Abdelouahab MokraniPar Dominique Le Boucher
Algérie Littérature Action N° 18

C'est à l'occasion d'une récente exposition d'oeuvres de l'artiste par la municipalité de Villeneuve-le-Roi que le contact s'est noué. Puis, visite de l'atelier…

Une petite rue étroite avec des pavés tordus. Dans un renfoncement où un lilas dénonce presque de la douceur, des silhouettes furtives découpées dans de la tôle semblent guetter. Intriguée, je reviens sur mes pas et les dévisage. Sans doute la visite que je vais faire au peintre a-telle créé en moi cette fébrilité, comme cela se produit toujours lorsqu’il est question de peinture. Il ne s’agit en fait, que d’un débarras où gisent pêle-mêle des fragments de la ville au rebut. La petite rue n’a, au demeurant, rien d’inquiétant. Comment pourraitelle, paisible comme elle est, dissimuler des masques sans yeux, prêts à faire face à n’importe lequel de nos regards?

Lire la suite...

 

Mohammed Racim, promoteur de la miniature algérienne

Mohamed RacimPar Sid Ahmed Baghli*
Algérie Littérature Action N° 31 - 32

“Un artiste que hantait son rêve ancestral aura, sans trop y penser, rouvert les portes du palais merveilleux, fait refleurir le jardin et jaillir les jets d'eau au-dessus des vasques de marbre.” ( G. Marçais)

Ceux qui ont eu l'occasion de visiter le vieil Alger, ont certainement emprunté la célèbre ruelle des Racim et admiré à l'ombre des auvents de tuiles vertes, la maison natale du célèbre miniaturiste algérien. C'est en effet dans cette demeure que Mohammed Racim est né le 24 juin 1896 dans une famille d'artistes qui lui a légué une tradition d'art et le nom “Er Racim” qui, en arabe, signifie peintre. Son père Ali excellait dans l'art de sculpter et peindre le bois des appliques, des cadres et des coffres de mariées. Il savait créer des miniatures et enluminures sur verre qui décoraient alors les intérieurs des familles algériennes.

Lire la suite...

 

Bénisti, peintre et sculpteur: À propos du Salon des Orientalistes

Par  Albert Camus
Algérie Littérature Action N° 67

Le soir — une longue pièce humide, un feu véhément, deux fauteuils auprès. Une gouttière s'écoule monotone. Au mur des Despiau, Pompon, Maillot, où le reflet des flammes suscite une vie sardonique.

Dans un coin, une tête se dessine à peine sous des pansements humides qui la font douloureuse. Nous sommes dans l'atelier de Louis Bénisti. Personne ne parle, à quoi bon?

De cet asile un peu chagrin, solitaire, sont parties des œuvres nourries dans ce silence, jetées maintenant en pleine foule, dans un salon trop éclairé. C'est qu'un sculpteur n'expose pas aussi facilement qu'un peintre. On attend un salon : on ne donne alors qu'un peu de soi au public pour qu'il ne le voie point. Ces portraits de Bénisti, on les rencontre au détour de la foule. On sort de l'assistance, “ élégante et choisie ” comme il se doit, et on arrive sur des visages humbles, un peu perdus, gênés par leur pureté.

Lire la suite...

 

Pour commander les ouvrages, il faut passer un mail à marsa@free.fr



ISSN : 1270-9131