Boutique de
Marsa Editions

ESPACE ALGERIE

27 rue de Rochechouart
75009 Paris. France


Vente directe des ouvrages et revues, expositions, animations.
Ouverte les jeudi, vendredi, samedi de 14h à 19h, ou sur Rendez-vous

 

Responsable de la rédaction
Marie Virolle
Adresse postale

103 boulevard MACDONALD
Paris 75019 - France
Téléphone

+ 33 6 88 95 36 66
Adresse électronique
marsa@free.fr

Avec le soutien de:


 

 

 

Guermaz: A la conquête du cosmos

Par Pierre Rey
Algérie Littérature Action N° 65 -66

Guermaz est sans conteste l'un des peintres algériens les plus inspirés et les plus talentueux de la "génération des années 30", dont il est d'une dizaine d'années l'aîné. Il a bien été reconnu comme tel par le public, la critique et les institutions muséales. Les amateurs d'art ont pour lui un particulier attachement. Ils ont cédé au rayonnement et à l'enchantement de ses compositions harmonieuses, équilibrées et poétiques. La critique l'a aussi tenu en haute estime et lui a su gré d'être un vrai peintre,... sans concessions,... et d'être indifférent aux modes. Elle s'est interrogée sur le regard qu'il a porté sur les choses et sur le monde, et, dans des textes souvent admirables de profondeur et de justesse, elle a su discerner le sens qu'il a voulu donner à sa double démarche, picturale et spirituelle. Les collections publiques et privées ont fait, de par le monde, l'acquisition d'un grand nombre de ses toiles. A la veille de l'exposition rétrospective de son œuvre qu'organise à Paris l'ADEIAO, du 6 au 31 mai 2003, dans le cadre de "Djazaïr, Une année de l'Algérie en France", il convenait de le rappeler.

Lire la suite...

 

Aksouh: Séduire la lumière

par Frédéric Wandelère
Algérie Littérature Action N° 63 - 64

C’est une peinture proche de la poésie, calme, méditative. Elle foisonne pourtant, comme toute poésie vivante. La matière utilisée, l’huile, est opaque, cependant la lumière semble y circuler à son aise, comme appelée tour à tour ou simultanément en une multitude d’endroits.

Les huiles que j’ai devant moi et que je contemple ont chacune leur espace, chacune des profondeurs. Une fraîcheur exquise fait escorte à la lumière qui règne là, sans blesser, sans brûler ce qu’elle touche. Elle semble libre et apprivoisée, civilisée, pur bienfait.

Lire la suite...

 

M'hamed Issiakhem ou l'œuvre en creux

Par Kateb Yacine
Algérie Littérature Action N° 3 - 4

Kateb Yacine et Issiakhem“On ne parlait presque jamais de sa peinture tant elle était, au sens littéral, indiscutable, dit Mimouni à propos d'Issiakhem. Son œuvre nous est en creux comme le moule pour l'objet moulé. Je veux dire essentielle."

Je l'ai vu plus d'une fois, finir une toile en quelques heures, pour la détruire tout à coup et la refaire encore, comme si son œuvre aussi était une grenade qui n'a jamais fini d'exploser dans ses mains. En détruisant son œuvre, dans un suprême effort de tension créatrice, comme pour briser le piège ultime de la beauté, le peintre viole ses propres formes, car le démon de la recherche le pousse toujours plus loin. Mais toute création commence nécessairement par l'autodestruction (… )

Lire la suite...

 

Raouf Brahmia : Mémoire mosaïque

Par Mohamed Mediene*
Algérie Littérature Action N° 57 - 58

Le travail de Raouf Brahmia1 est l’aboutissement d’une réflexion sur la manière dont l’artiste plasticien peut mettre en espace une notion aussi insaisissable que la mémoire. En ayant recours à des moyens aussi différents que le film — que l’on peut suivre en alternance sur deux écrans de télévision — et d’un double mur composé d’objets sensibles liés aux souvenirs de son enfance : henné, kanoun à charbon blanc, boîte de savons végétaux, lettres reçues d’Algérie, miniatures… , Raouf Brahmia élabore l’alphabet imagé de l’arrière pays de cette mémoire, de cet avant à présent délocalisé et, dirait-on, déporté.

Lire la suite...

 

Mokhtar Djaafer: Que reste-t-il après le cri?

Par Tahar Djaout
Algérie Littérature Action N° 12 - 13

Avec son apparence de guerrier moghol, Mokhtar Djaafer semble prédestiné à se battre contre les matériaux rétifs, à s’acharner sur les aspérités et les débordements — à commencer par son propre crâne où aucune esquisse de chevelure n’est tolérée. Cet enfant d’Alger, né par hasard sur les Hauts-Plateaux, est avant tout un tactile. Il faut le voir fermer les yeux et passer la main sur une oeuvre plastique (toile, papier ou contre plaqué), son visage s’illuminant ou s’assombrissant au gré des couleurs, des grains, des flexures, des tempéraments rencontrés. Sa jeunesse, qu’il nous dit explosée, a, selon lui, déterminé et orienté son itinéraire de peintre batailleur, cet amour de la confrontation, de la brutalisation des matériaux.

Lire la suite...

 

Pour commander les ouvrages, il faut passer un mail à marsa@free.fr



ISSN : 1270-9131