Boutique de
Marsa Editions

ESPACE ALGERIE

27 rue de Rochechouart
75009 Paris. France


Vente directe des ouvrages et revues, expositions, animations.
Ouverte les jeudi, vendredi, samedi de 14h à 19h, ou sur Rendez-vous

 

Responsable de la rédaction
Marie Virolle
Adresse postale

103 boulevard MACDONALD
Paris 75019 - France
Téléphone

+ 33 6 88 95 36 66
Adresse électronique
marsa@free.fr

Avec le soutien de:


 

 

 

Entretien avec Jamel Eddine Bencheikh

Jamel Eddine BencheikhPropos recueillis par Christiane Chaulet Achour
Algérie Littérature Action N° 15 - 16

Algérie Littérature/Action — Jamel Eddine Bencheikh, vous publiez habituellement de la poésie. Rose noire sans parfum est un roman ou un récit. Pouvez-vous nous dire d’abord comment vous qualifiez vous-même votre création présente et la situez par rapport à vos œuvres précédentes?

Jamel Eddine Bencheikh — Votre question rappelle celle de Cébès à Socrate dans le Phédon de Platon. Socrate avait mis en vers les contes d’Esope et son Prélude à Apollon alors qu’il n’avait jamais touché à la poésie auparavant. Il explique avoir reçu à maintes reprises au cours de sa vie la visite d’un même songe, “un poète, ajoute-t-il, doit mettre en œuvre non point des théories mais des mythes”. J’ai peut-être fait le contraire en mettant en prose un récit qui, jadis, aurait été versifié. Il ne s’agit ici ni d’un temps fabuleux ni de divinités, mais le réel sait prendre aussi les allures d’une légende et faire des signes qui semblent venir du ciel.

Lire la suite...

 

Arezki Metref: Entretien avec Marie-Joëlle Rupp

Arezki MetrefPar Marie-Joëlle Rupp (*)
Algérie  Littérature Action N° 145 -146

«Voir vivre, parler, écouter, sentir, recevoir et transmettre des émotions. J’ai toujours été tenté par ces noces entre mes deux activités, le journalisme et la littérature. » A. Metref

- Marie-Joëlle Rupp : Dans quelles circonstances avez-vous été amené à entreprendre cette démarche d'écriture?

- Arezki Metref : Il s’agit de deux séries de reportages pour Le Soir d’Algérie. J’avais envie, en accord avec la direction du journal qui a vite compris l’intérêt de cette démarche, d’aller humer l’air du temps dans une région où depuis un moment cet air était saturé par les gaz lacrymogènes, les fumées d’incendies, etc. A cette époque, disons de 2002 à 2005, intervalle dans lequel a été conçu et réalisé ce travail, la Kabylie était marquée par le mouvement.

Lire la suite de l'entretien

 

L'une des pires oppressions: l'interdiction d'une langue - Entretien avec Jacques Derrida

Par Aissa Khelladi
Algérie Littérature Action N° 9

Jacques  Derrida"En soi, le fait de parler une langue, quelle qu'elle soit, ne me paraît jamais condamnable. Dire un mot dans une langue ne peut en aucun cas rendre cette langue suspecte. On ne peut dire, même en Algérie, que parler français soit synonyme de néocolonialisme ou d'une attitude politique reprochable. De même, je peux reprocher à Le Pen, en France, les idées qu'il véhicule à travers la langue française mais non le fait qu'il parle en français."

Aïssa Khelladi — Vous écrivez, vers la fin de votre dernier ouvrage, Le monolinguisme de l'autre* : "Plutôt que l'exposition de moi, ce sera l'exposé de ce qui aura fait obstacle pour moi à cette autoexposition. Ce qui m'aura exposé, donc, à cet obstacle (…), ce grave accident auquel je ne cesse de penser." Que voulez-vous dire?

Lire la suite...

 

Waciny Laredj: une écriture algérienne entre Orient et Occident: Entretien avec Mourad Yelles

Par Mourad Yelles
Algérie Littérature / Action N° 141 - 144

A 56 ans, avec une œuvre romanesque qui se déploie sur une trentaine d’années entre Damas, Alger, Paris, Los Angeles, et qui comprend aujourd’hui près d’une vingtaine de romans (dont une bonne partie traduits en français), Waciny Laredj s’impose comme l’une des figures majeures du paysage littéraire algérien. Alors que la critique a pris la (fâcheuse) habitude de classer la production maghrébine en deux catégories («francophone» et «arabophone»), la trajectoire personnelle et artistique de Waciny Laredj est précisément là pour démontrer l’inanité d’un tel clivage. S’il se réclame bien de l’héritage culturel et linguistique du monde arabo-musulman, il récuse fermement toute assignation idéologique. Avec lui, le lecteur s’embarque pour une traversée (au long cours) des identités maghrébines — algériennes, en particulier — qui se transforme rapidement en un questionnement passionnant sur les processus mémoriels et culturels.

Lire la suite...

 

ATELIERS D'ÉCRITURE :Un écrivain algérien avec les enfants

Par Christiane Chaulet Achour
Algérie Littérature Action N° 15 - 16

Les ateliers d'écriture sont à la mode. Ils s'inscrivent dans diverses activités, de loisir ou institutionnelles. Les milieux scolaires se sont aperçus de leur efficacité dans le développement de l'enfant et dans l'épanouissement de son expression. Les écrivains sont souvent sollicités pour intervenir auprès des enfants et des adolescents. Suivons Abdelkader Djemaï dans l'une de ces expériences.

Dans le cadre du Festival des francophonies de Limoges, s'organisent, depuis quatre ou cinq ans, des "visites" d'écrivains francophones dans des classes de la région pour l'animation d'ateliers d'écriture. Abdelkader Djemaï a ainsi été invité, durant cette année 96-97 à l'Ecole Marcel Proust de Beaubreuil dans la banlieue de Limoges — une Z.E.P (Zone d'éducation prioritaire) — ,. Dans une classe de CM2 de garçons et de filles de 10-11 ans. Il s'y est rendu deux jours par mois. L'opération est également parrainée par la Fédération des oeuvres laïques.

Lire la suite...

 

Pour commander les ouvrages, il faut passer un mail à marsa@free.fr



ISSN : 1270-9131