Boutique de
Marsa Editions

ESPACE ALGERIE

27 rue de Rochechouart
75009 Paris. France


Vente directe des ouvrages et revues, expositions, animations.
Ouverte les jeudi, vendredi, samedi de 14h à 19h, ou sur Rendez-vous

 

Responsable de la rédaction
Marie Virolle
Adresse postale

103 boulevard MACDONALD
Paris 75019 - France
Téléphone

+ 33 6 88 95 36 66
Adresse électronique
marsa@free.fr

Avec le soutien de:


 

 

 

ATELIERS D'ÉCRITURE :Un écrivain algérien avec les enfants

Par Christiane Chaulet Achour
Algérie Littérature Action N° 15 - 16

Les ateliers d'écriture sont à la mode. Ils s'inscrivent dans diverses activités, de loisir ou institutionnelles. Les milieux scolaires se sont aperçus de leur efficacité dans le développement de l'enfant et dans l'épanouissement de son expression. Les écrivains sont souvent sollicités pour intervenir auprès des enfants et des adolescents. Suivons Abdelkader Djemaï dans l'une de ces expériences.

Dans le cadre du Festival des francophonies de Limoges, s'organisent, depuis quatre ou cinq ans, des "visites" d'écrivains francophones dans des classes de la région pour l'animation d'ateliers d'écriture. Abdelkader Djemaï a ainsi été invité, durant cette année 96-97 à l'Ecole Marcel Proust de Beaubreuil dans la banlieue de Limoges — une Z.E.P (Zone d'éducation prioritaire) — ,. Dans une classe de CM2 de garçons et de filles de 10-11 ans. Il s'y est rendu deux jours par mois. L'opération est également parrainée par la Fédération des oeuvres laïques.

L'objectif est la construction d'un récit aboutissant à la publication du livre en juin. Le livre sera présenté au Festival annuel du livre de Saint- Yriex.

L'idée initiale du récit a été celle de deux maisons, une maison bleue, mystérieuse et une maison connue. Prendre la maison, c'est choisir un élément très familier aux enfants qui leur permet de décrire un univers qu'ils connaissent bien.

L'histoire elle-même est très simple : un petit garçon de la maison connue se promène en forêt et tombe dans un trou; il est sauvé par la petite fille de la maison bleue et les familles se rencontrent.

Tous les mots du livre sont ceux des enfants et il y a souvent, d'après l'écrivain-animateur de "véritables trouvailles". Parallèlement, dans la même école, A. Djemaï crée avec une classe de CE2 une histoire orale.

 

L'entretien avec Abdelkader Djemai

A L/ A — Quel est ton apport en tant qu'écrivain algérien francophone?

Abdelkader Djemaï — Je crois que les enfants me perçoivent avant tout comme un écrivain. Ils savent que je suis Algérien mais ils ne manifestent pas de curiosité à ce sujet. Bien sûr, comme il y a parmi eux un petit Tunisien et un petit Marocain, il y a une certaine connivence qui s'établit.

A L/ A — De quelle manière interviens-tu avec ce qui te constitue culturel-lement?

A. D. — Je leur lis certains passages de mes romans, par exemple, la description de la ville dans Un Eté de cendres ou celle de la cour intérieure dans Sable rouge ; ils prennent ainsi contact avec une littérature qui n'est pas habituelle pour eux. Ils sont très attentifs. Mais cela se fait sans aucun volontarisme. Par contre, l'échange plus direct s'est fait avec les parents lors d'une rencontre où j'ai présenté mes romans et mon essai et où il y a eu un débat sur l'Algérie et sa culture.

A L/ A — As-tu eu l'occasion de faire ce type de travail en Algérie? A. D. — Malheureusement, non! J'aurais aimé faire cela. Mais les écrivains n'étaient pas sollicités dans les classes de français pour ce genre d'intervention et je trouve que c'est une expérience vraiment formidable.

A L/ A — As-tu eu l'occasion d'intervenir dans d'autres lieux?

A. D. — Oui, j'ai fait des interventions ponctuelles dans des classes le secondaire, par exemple en novem-bre 1996 à Mâcon dans une classe de 3ème de Collège et ce mois d'avril 1997 au Lycée de Domont dans une classe de Terminale. Ces rencontres ont été organisées par l'Ami Littéraire, organisme du C.N.L. (Centre National du Livre). L'année dernière, j'ai également fait une tournée dans des lycées français à Djibouti.

Dans ce cadre-là, je parle de mes romans mais aussi de Camus, de la façon dont je suis venu à l'écriture en langue française, de mon origine familiale (parents illettrés, aucun livre dans la maison. Le premier livre que j'ai fait entrer à la maison est une B.D., puis les livres de la Bibliothèque Verte… ). A chaque fois, il y a des moments d'accroche et de grande curiosité.


 

Abdelkader Djemaï est né à Oran en 1948. Journaliste et romancier, il a dû quitter l'Algérie en 1994. Il a publié aux éditions Michalon un essai, Albert Camus à Oran (1995) et deux romans, Un été de cendres ( (1995) et Sable rouge (1996).

Pour commander les ouvrages, il faut passer un mail à marsa@free.fr



ISSN : 1270-9131