Boutique de
Marsa Editions

ESPACE ALGERIE

27 rue de Rochechouart
75009 Paris. France


Vente directe des ouvrages et revues, expositions, animations.
Ouverte les jeudi, vendredi, samedi de 14h à 19h, ou sur Rendez-vous

 

Responsable de la rédaction
Marie Virolle
Adresse postale

103 boulevard MACDONALD
Paris 75019 - France
Téléphone

+ 33 6 88 95 36 66
Adresse électronique
marsa@free.fr

Avec le soutien de:


 

 

 

RENIA AOUADENE, DESTINEES

ISBN : 2- 913868-60-6

Renia AouadeneRENIA AOUADENE  est née à Marseille de parents algériens. assistante de Français à Cordoue et à Grenade, puis militante associative et formatrice, elle enseigne aujourd’hui dans un lycée professionnel des quartiers nord de Marseille.

Sept femmes d'origine berbère sont confrontées à la violence. Sept nouvelles racontent ces moments vrais et cruels de leur vie. Sujet tristement d'actualité à l'heure où plane l'ombre de l'obscurantisme...

L’auteur rend hommage à ces femmes, en témoignant de leurs souffrances avec solidarité et affection.


Extrait

Ce dont je me souviens, c’est d’une porte qui s’ouvre, c’est celle de notre chambre chez ma tante. On m’a déshabillée, installée sur le lit et j’ai attendu.

Il est entré, il tenait à peine debout. On l’avait fait boire. Il s’est débarrassé de son pantalon et de son slip, s’est approché de moi. Je tiens à dire que jusqu’à ce jour, je n’avais jamais vu un homme nu devant moi. Dieu qu’il était beau !

Il s‘est emparé de mes jambes plutôt de mes cuisses, les a écartées et m’a pénétré brutalement sans un regard, sans un mot. Il m’a fait mal, horriblement mal mais je n’ai pas crié. Il s’est levé, il est sorti de la chambre et je ne l’ai jamais revu.

Le lendemain matin, il avait disparu. Aucune trace de lui dans le village. La rumeur se répandit dès le petit-déjeuner. Le village se demandait ce qui s’était passé. Des commentaires désagréables circulaient à mon sujet. Je n’étais sans doute pas vierge ; il s’était donc enfui.

J’étais prostrée, en larmes et tenais ma chemise de nuit dans mes mains. Il y avait du sang !

Mon père s’était éloigné de la maison, il était dans les champs, il pleurait. Un voisin était venu le réconforter. Quant à ma mère, elle était en colère. Elle s’empressa d’interpeler ma tante, elle voulait savoir. Ma tante ne parlait pas. Un rictus sur le visage traduisait la colère, voire le dépit, je dirais maintenant la haine. Elle se sentait bafouée par son fils . Il s’était enfui mais surtout il avait prémédité son coup.

Pour commander les ouvrages, il faut passer un mail à marsa@free.fr



ISSN : 1270-9131