Boutique de
Marsa Editions

ESPACE ALGERIE

27 rue de Rochechouart
75009 Paris. France


Vente directe des ouvrages et revues, expositions, animations.
Ouverte les jeudi, vendredi, samedi de 14h à 19h, ou sur Rendez-vous

 

Responsable de la rédaction
Marie Virolle
Adresse postale

103 boulevard MACDONALD
Paris 75019 - France
Téléphone

+ 33 6 88 95 36 66
Adresse électronique
marsa@free.fr

Avec le soutien de:


 

 

 

Bachir Hadj Ali, Le poète engagé

Bachir Hadj AliAlgérie Littérature Action N° 2

Bachir Hadj Ali, poétique et politique, sous la direction de Naget Khadda, édition L'Harmattan (Collection Etudes Littéraires maghrébines , 1995, 91p. 66F50.

Dirigeant politique, poète, mélomane, Bachir Hadj-Ali est une figure marquante de cette génération d'intellectuels qui a forgé l'indépendance de l'Algérie. Il est aussi, avec Jean Sénac et Mohammed Dib, l'un des trois poètes algériens qui ont le plus marqué la génération de poètes qui s'est levée dans ce pays tragique, autour des années 70.

Au moment de sa mort, survenue le 9 mai 1991, sa biographie s'est étalée à longueur de colonnes dans la presse, rappelant sa formation, en grande partie d'autodidacte, son adhésion au parti communiste algérien et sa participation, aux postes de commande de ce parti, à la guerre de libération nationale, son arrestation au lendemain du coup d'Etat du 19 juin 1965, son

Lire la suite...

 

Des noms et des lieux : Mémoires de l’Algérie oubliée

Par Mostefa Lacheraf
Algérie Littérature Action N° 22 - 23

Dans son numéro précédent, Algérie Littérature/Action a proposé, dans la rubrique "Les introuvables", la republication des Chansons des jeunes filles algériennes (Seghers, 1953) que Mostefa Lacheraf a accompagnée d'une "note" réactualisant cette recherche et cette traduction. Ici, nous publions quelques pages de ses Mémoires inédites (premier tome : "Souvenirs d'enfance et de jeunesse", plus de 300 pages), portant sur l'onomastique, pages que nous reproduisons en exclusivité.

Des noms et des lieux! Revenons-y alors que l'ignorance chez nous bat son plein au sujet de ce pays, de ses noms, et pas seulement au niveau d'un état civil désastreux, mais aussi à travers les choix des parents saisis par des mimétismes orientaux, occidentaux et rarement maghrébins. Des modes onomastiques aberrantes qui ont la vie dure et indiquent, à la fois, le peu de cas que l’on fait du prénom d'un enfant et le grave malentendu issu d'une arabisation scolaire au rabais, mal assimilée par les maîtres et les élèves et leurs parents et conçue comme un snobisme levantin ne tenant aucun compte de la géographie, de l'esthétique, du caractère affectif de la transmission identitaire propre à notre pays depuis la plus haute antiquité.

Lire la suite...

 

Les montagnes immobiles

Monseigneur DuvalPar Jean Pélégri
Algérie Littérature Action N° 2

Malheur à ceux qui écrivent l’Ecriture de leurs mains, puis qui disent : “Ceci vient d’Allah”. Coran, II

Jean PélégriJ’ai fait la connaissance du cardinal Duval il y a déjà longtemps. Pendant ce que les uns appelaient des “événements” et les autres la guerre de l’Indépendance. Sans en parler, mais avec entêtement, il luttait sans partage et sans exclusion contre la torture appliquée aux uns et contre les arrestations arbitraires des autres.

Au milieu des troubles et des bruits d’explosions il tentait d’apporter un peu de paix et cette exigence ferme et intérieure ne s’accompagnait jamais d’un visage revêche. Il faisait cela simplement, discrètement, et il n’était point besoin de discours pour comprendre qu’il aimait d’un même amour tous ceux qui vivaient alors en Algérie. “La prière console, disait-il. Mais pour qu’elle vous apporte la sérénité, il faut avoir déjà fait tout ce qu’il convient de faire.”

Lire la suite...

 

Dib le rebelle

Par Maurice Le Rouzic
Algérie Littérature Action N° 18 - 19

Mohamed DibSi diable veut, le dernier roman de Mohammed Dib, dont Algérie Littérature / Action a parlé — mais pas assez — dans son dernier numéro, continue de susciter des textes et de ravir les lecteurs…

Un livre de Mohammed Dib est toujours un événement. Plusieurs raisons à cela. D'abord, parmi les écrivains algériens, il est de ceux (sinon celui) qui publient depuis le plus grand nombre d'années. Un demi-siècle en vérité. La Grande Maison, son premier roman date de 1952, mais auparavant, Les Cahiers du Sud avaient publié certains de ses poèmes. Lui-même a avoué avoir commencé à faire profession d'écrivain en 1948. Certes, en littérature la longévité n'est pas forcément un critère de qualité. Pour Mohammed Dib, les deux, loin de se contrarier, s'épaulent et font route de pair. De ce fait, il est celui qui a accumulé le plus d'expériences de différents ordres.

Lire la suite...

 

Pour commander les ouvrages, il faut passer un mail à marsa@free.fr



ISSN : 1270-9131