Boutique de
Marsa Editions

ESPACE ALGERIE

27 rue de Rochechouart
75009 Paris. France


Vente directe des ouvrages et revues, expositions, animations.
Ouverte les jeudi, vendredi, samedi de 14h à 19h, ou sur Rendez-vous

 

Responsable de la rédaction
Marie Virolle
Adresse postale

103 boulevard MACDONALD
Paris 75019 - France
Téléphone

+ 33 6 88 95 36 66
Adresse électronique
marsa@free.fr

Avec le soutien de:


 

 

 

Des fenêtres et un doute

Par El Mehdi Acherchour
Algérie Littérature Action N° 65 - 66


à Sofiane H.

Hiver de nous
pluie qui ne peut ni pleut
permanente aimante
de l'automne du peu et de nous
quand s'effondre le regard absent
tendre
sur la vitre neuve
là se trempent les flammes
qui avaient mépris de nous
par le toit sort une lampe
nourrie d'âges et de coins
le monde le nôtre peu-être
s'éteint sur une ride

 

dans le regard des vieuxle peu
là se réchauffent les fenêtres
elles tremblent à l'instar des vitres
à rénover
N’entendre que du feu
Ces mots souffrent dès le début; les autres.
Je ne voudrais pas être là pour les entendre
crier...
Qu'on les oublie quelque part!
Au début, au feu, tes pas,
tes mots tu ne les sens plus :
as-tu crié? Les autres,
tu ne les sens plus comme avant,
d'autant plus que ta mémoire
doit maintenant sentir le renfermé.
L'air l'autre fumée, c'est ce qu'on donne
de soi-même aux fenêtres.
Qu'on les ouvre,
qu'on s'entende!
Tu ne voudrais pas en rester là.
Sentir l'oubli le temps d'un souvenir
jamais vécu,
vivre ailleurs comme tu l'entends,
inventer la loi de mourir autre;
air libre au début.
Si maintenant tu veux tes mots,
tes pas tu ne les entendras plus.
On a crié quelque part :
c'est ton chemin ton doute lointain rien :
il accepte enfin d'être l'oreille que tu avais avant,
avant de ne plus rien entendre.
Rat muros
des pensées veilleuses
des murs blancs que seule
la nuit pourrait supporter
quatre choses
des fenêtres peut-être
à repeindre (à rénover)
jusqu'à leur sommeil qui dure
depuis la nuit où tout était mur
quatre fois troué par la même pensée :
supporter
des nuits blanches plus tard
je me suis réveillé avec un surcroît
d'allégeance au voyage dans le noir
d'un trou à l'autre
le tour du monde en une nuit
n'a duré que la nuit
où tout était durée vitrée
débordée de l'autre monde
À plus tard
J'habite un doute :
remettre à plus tard
la perte et le bénéfice
du doute...
L'intelligence avec le silence,
c'est la sincérité dans la parole.

Je parle du présent qui va nous trahir.

Tout se dit,tout se dit parole,
nul ne la cherche en amie.
Tout; nul;
tout ce qui se perd m'habite et me dit :
cherche-toi un gîte.
Une fenêtre déjà,
un présent maintenu ouvert
jusqu'à l'issue de cet instant,
déjà je doute de remettre à plus tard
ma mort pleine de guillemets et de "ci-gît".
En perte de vitesse sont les instants.
Ne dites rien, et sincèrement je te dis :
à plus tard, mon Amie.

Pour commander les ouvrages, il faut passer un mail à marsa@free.fr



ISSN : 1270-9131