Boutique de
Marsa Editions

ESPACE ALGERIE

27 rue de Rochechouart
75009 Paris. France


Vente directe des ouvrages et revues, expositions, animations.
Ouverte les jeudi, vendredi, samedi de 14h à 19h, ou sur Rendez-vous

 

Responsable de la rédaction
Marie Virolle
Adresse postale

103 boulevard MACDONALD
Paris 75019 - France
Téléphone

+ 33 6 88 95 36 66
Adresse électronique
marsa@free.fr

Avec le soutien de:


 

 

 

Des femmes pour les soldats

Par Wichem Yilène
Algérie Littérature Action N° 73 - 74

Qu'est-ce que tu feras quand tu seras grand ?
Je ferai la guerre ; et toi ?
Je ne sais pas encore…
Tu pourras faire infirmière…
Pourquoi infirmière ?
Comme ça tu pourras aller à la guerre.
J'ai pas envie de faire la guerre moi…
Mais non, les femmes ne font pas la guerre ; elles soignent seulement.

Elles soignent qui ? Y a pas d'enfants à la guerre…
Et les soldats blessés, les blessés dépressifs, les prisonniers déchiquetés ? Qui s'en occupe d'après toi ?
Ben… les médecins, les infirmiers… ça existe.
Oui, mais les infirmières, elles font mieux. Y paraît que les femmes redonnent du courage plus vite.
Pourquoi faire du courage pisqu'y sont à l'infirmerie ?
Y peuvent pas rester à l'infirmerie toute leur vie hein ! Ils doivent guérir très vite pour repartir à la guerre.
Et pourquoi y rentrent pas chez eux quand y sont blessés ? Et d'abord, à quoi ça sert de guérir pour se faire blesser de nouveau ?
C'est ça la guerre. Ça rend fort ; après, on n'a plus peur de rien.
Ah ?!
Oui ; un soldat y peut perdre une jambe et même toutes ses jambes, ça l'empêche pas de repartir du bon pied. Il faut juste une infirmière dévouée. C'est pour ça qu'y faut des femmes pour les soldats.
Comment font les infirmières pour redonner du courage aux mutilés ?
Aux quoi ?
Tu connais pas ? Ça s'appelle des "mutilés", les soldats qui perdent leurs jambes et tout.
Ah !… C'est simple ; elles leur font juste oublier qu'ils n'ont plus de jambes. Ça marche tout seul. Y reprennent confiance et on leur donne des médailles pour la fierté.
Et si tu deviens aveugle, l'infirmière peut te faire voir comme avant ?
Heu… Mais… J'perdrai jamais mes yeux ; t'es folle ?
Qu'est-ce que tu préfères perdre ?
Ben rien ; je suis pas obligé. Si je commande, je dois rester en bonne santé tout le temps, sinon c'est la débandade.
Et si tu ne commandes pas ? De toute façon, j'pense que je resterai à la maison ; comme ça, mes enfants n'auront pas besoin d'aller à la guerre.
Ils iront quand même hein ! C'est pas toi qui décides.
C'est moi qui décide pour mes enfants.
Alors y deviendront jamais des hommes.
Ben toi non plus si tu ne perds rien.
Heu… Peut-être que je perdrai espoir. C'est vachement plus difficile à soigner, tu verrais ça ! Personne ne sait où ça se trouve.
Ceux qui travaillent dans les usines, les cyclistes, les ivrognes, les journalistes y z'ont des accidents aussi alors on peut dire qu'ils sont très courageux aussi.
Pas comme un qui a fait la guerre. Lui, il a vu des horreurs. C'est ça qui rend encore plus fort. Les autres, y sont comme tout le monde. Un soldat, c'est un homme différent.
Et quand il n’y aura plus de guerre ?
Impossible puisqu’il y a toujours des présidents.

Pour commander les ouvrages, il faut passer un mail à marsa@free.fr



ISSN : 1270-9131